Ressenti personnel concernant deux exercices d’improvisation

Dans le cadre de nos séances d’improvisations avec Nicolas Plesse, nous avons réalisé plusieurs exercices. Un qui m’a particulièrement marqué était l’impro CLAP. Le principe est que 2 comédiens volontaires ou désignés commencent ensemble une improvisation sans discussion au préalable. Les autres comédiens sont assis au bord de la scène et ont le droit d’interrompre ceux sur scène en frappant des mains. À ce signal, ils s’immobilisent immédiatement et complètement. Celui qui a frappé des mains monte sur scène et prend la place d’un d’entre eux, prenant soin de bien imiter sa position. Le comédien ayant fait son entrée en scène commence alors une nouvelle improvisation prenant en compte leurs positions. J’aime bien cet exercice car pour ceux au bord de la scène, ce système permet de surpasser un des problèmes principaux de l’improvisation : le manque d’idées sur scène. En effet, ils peuvent chercher des idées tout en regardant l’improvisation se dérouler, et intervenir au moment opportun au lieu de rester debout sur scène sans idée. Le contraste entre l’improvisation précédente et celle que décide de débuter le comédien entrant en scène peut également être très amusant.

 

Un autre exercice m’a marqué, mais de la manière opposée. Il s’agit des fusillades. Un certain nombre de comédiens se placent face au mur de fond de la scène. Ils ont ainsi le dos au public. Nicolas donne ensuite à chacun d’entre eux un numéro. Lorsque le numéro d’un comédien est appelé, ce dernier se retourne. Il doit ensuite improviser pendant une courte durée sur un thème donné. Je trouve ce type d’improvisation particulièrement angoissant car, contrairement à l’exercice d’improvisation cité précédemment, le comédien joue seul sur scène. Ainsi, il n’a pas de partenaire qui peut lui fournir des idées sur lesquelles rebondir s’il est lui-même à court d’idées. Par ailleurs, le temps pour réfléchir sur l’improvisation est très court : dès que le thème est annoncé, le comédien commence immédiatement son jeu. Enfin, le temps de jeu court peut en fait être une très mauvaise chose, car l’improvisation doit se conclure de manière satisfaisante lorsque le temps de fin est sonné.

 

Le Antoine

One Reply to “Ressenti personnel concernant deux exercices d’improvisation”

  1. L’exercice « Les fusillades » est sans doute le plus angoissant. Seul sur scène, à confronter personne qui puisse nous répondre ou lancer l’improvisation, est une expérience effrayante… Pourtant, ça fait marcher ton imagination et te donne une liberté totale à ce que tu veux montrer sur scène!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*