Enquête sur les opinions : un H aspiré pour l’Homosexualité !

L’homosexualité, encore un tabou dans la société ?

L’attirance homosexuelle est encore incomprise par une grande partie de la population qui a du mal à s’identifier aux couples homosexuels. Les manifestations qui ont eu lieu en défaveur du « mariage pour tous » en 2013 ont mis en relief ces différences, bien qu’aujourd’hui les tensions se soient apaisées. En France, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis le 12 juin 1981; dans certains pays en revanche, elle est jugée sévèrement, parfois au même titre qu’un crime.

Dans ce contexte, celles et ceux qui ressentent une attirance homosexuelle peuvent avoir quelques réserves à l’exprimer. Peur du regard des autres, peur d’être jugés ou incompris, ils vivent parfois dans le mensonge, le secret, la peur, voire le déni.

Nous avons réalisé un sondage auprès des lycéens et des professeurs du Secondaire. Nous avons reçu 69 réponses au bout de deux semaines.

Le questionnaire :

Au sujet de la sexualité des participants du questionnaire, on compte 75% d’hétérosexuels (attirance pour un individu du sexe opposé), 10 % de bisexuels (attirance sexuelle pour les individus des deux sexes) et seulement 5% d’homosexuels (attirance sexuelle pour les individus du même sexe). Le reste des participants ne savent pas leur sexualité, préfèrent ne pas la dévoiler ou s’identifient avec une autre sexualité (comme la pansexualité).

Pensées sur l’homosexualité :

A quoi vous fait penser l’homosexualité?

Les participants ont répondu avec des réponses extrêmement variées mais la plupart des cas montre que l’homosexualité évoque la liberté et l’égalité de l’amour.

Pour nous tous, l’homosexualité est un aspect complètement normal d’un individu même si c’est rare de rencontrer une personne de cette sexualité.

Dans d’autres réponses, le terme évoque des événements du quotidien, des médias ou des œuvres (ex : des chansons ou des mangas).

Sujet de l’homosexualité à l’école :

Selon vous est-ce que l’école est ouverte à la question de l’homosexualité?

D’après l’enquête, 60% pensent que l’école est ouverte à la question de l’homosexualité, contre 40% qui pensent le contraire. Aussi, la majorité des homosexuels et des bisexuels pensent que l’école n’est pas ouverte à ce sujet.

C’est souvent à l’adolescence que l’attirance homosexuelle se fait ressentir. Cette période de transition de l’enfance à l’âge adulte engendre un certain nombre de questionnements. Durant la puberté, le corps se transforme, les hormones jouent un rôle de plus en plus important et les désirs s’installent. C’est à ce moment-là que la plupart des personnes homosexuelles confirment ou infirment leur attirance sexuelle.

Ainsi, une prise de connaissance des adolescents au sujet de la sexualité et des tabous contemporains est importante afin de prévenir tout comportement aversif et hostile.

Les débats sur l’homosexualité :

Est-ce que vous pensez qu’un couple homosexuel peut avoir/élever un enfant?

La majorité avec 91% pense qu’un couple peut élever un enfant s’il le souhaite, les 9% restants pensent le contraire. Pour les réponses “non”, l’argument est qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère, d’un représentant des deux sexes pour construire son identité de façon équilibrée.

A ce jour, il existe des millions d’enfants dans les orphelinats qui attendent l’arrivée de leurs nouveaux parents. Puisque les individus du même sexe ne peuvent pas se reproduire naturellement, l’adoption d’un orphelin est une option d’obtenir un enfant et fonder une famille.

L’orientation sexuelle n’affecte pas l’éducation des normes tels que la politesse ou l’honnêteté comme le constate un participant (“La sexualité ne définit pas l’aptitude d’élever des enfants, des parents homosexuels qui s’aiment peuvent former un très bon cadre familial.”).

Certains pensent même qu’un enfant élevé par des parents homosexuels a une idée plus claire sur son orientation sexuelle. Il est mieux informé sur son identité et sa sexualité à l’adolescence qu’un enfant vivant dans un cadre hétérosexuel.

“Ce n’est que très récemment que les enfants grandissent dans des familles nucléaires. Au Moyen-Âge, durant la Renaissance, voir même dans quelques communautés de nos jours (Mosos), les enfants strictement élevés par des hommes ou par des femmes ne se diffèrent pas tant que ça aux autres enfants. De toute manière, dans un couple homosexuel, il y a généralement toujours une personne qui va jouer le rôle de la mère et l’autre du père. Une étude (dont j’ai oublié le nom…) montre même que les enfants qui sont élevés par des couples homosexuels sont moins à risque de subir violences physique ou psychologique.”

Donc si un couple hétérosexuel ou un célibataire a le droit d’élever un enfant, pourquoi un couples homosexuel ne pourrait-il pas?

Que pensez-vous du mariage pour tous ?

Pour ceux qui ne connaissent pas le terme, le mariage pour tous désigne une loi en France, établie le 17 mai 2013 qui autorise l’union conjugale et civile entre des personnes du même sexe.

61 sur 69 réponses sont en accord avec le mariage pour tous. Pour la plupart, cela semble normal et banal que 2 personnes du même sexe puissent se marier s’ils s’aiment. Le mariage est un droit pour tout le monde et son interdiction nuit à l’égalité et à la liberté de la sexualité. Cette loi est heureusement appliquée en France mais elle devrait être imposée à l’ensemble des pays sur Terre. L’amour entre un couple lesbienne, un couple “gay” ou un couple hétéro reste le même donc le mariage pour tous ne devrait pas être interdit dans certains pays.

A part les réponses soit-disant neutres, il existe tout de même des participants qui sont contre le mariage pour tous. Nous pouvons renvoyer cela à la “Manif pour Tous” qui est un groupement de manifestations s’opposant à cette loi. Encore une fois, les manifestants sont contre le mariage homosexuel et l’homoparentalité (l’adoption, la procréation médicalement assistée et la gestion pour autrui) pour des raisons traditionnelles. Selon eux, une famille est composée d’un père, d’une mère et des enfants. Un couple “gay” ou lesbienne ne pourrait pas bien élever un enfant suite aux manques maternels ou paternels ce qui est plutôt contradictoire puisqu’il existe des familles monoparentales.  

Avez-vous déjà insulté quelqu’un de “pédé”?

Le nom “pédé” signifie un homosexuel et il est considéré comme une insulte dans le vocabulaire français d’aujourd’hui.

Sur les 68 réponses reçues, 61,8 % n’ont jamais employé ce mot. Le reste des personnes qui ont dit “oui” n’emploie pas ce terme au premier degré. Ils l’utilisent sans avoir l’intention d’offenser les personnes homosexuelles (Bah le mot est pris comme une insulte par les gens alors qu’il ne devrais pas, mais une insulte reste une insulte puis c’est qu’un mot…”). Le mot est devenu une insulte et les jeunes l’utilisent après l’avoir entendu (“J’entends p*d* tous les jours dans le couloirs.“). Mais les manifestations de l’homophobie se manifeste d’abord par les insultes donc éviter d’employer ce mot et utiliser d’autres injures (que je ne vais pas citer …).

Réactions envers l’homosexualité :

Comment réagirez-vous si vous voyez un couple homosexuel dans la rue?

En somme, les réponses expriment une réaction neutre et un respect de la sexualité du couple. Une des réponses était cependant marquée par de la jalousie : “Je me sentirai jaloux car je n’ai pas encore trouvé ma deuxième moitié :'( ”.

Comment réagirez-vous si votre ami/e se révèle être homosexuel/le?

Ici, on s’intéresse à un cercle plus proche de la personne : les amis. Les avis sont semblables : cela ne change rien à leur amitié, et la personne soutiendrait son ami quoiqu’il en soit. L’amitié ne se définit pas par la sexualité, une réponse qui fait preuve d’une belle amitié a été “GG my friend~”.

Comment réagirez-vous si votre enfant est homosexuel?

Les personnes ayant répondu pensent globalement que si leur enfant est homosexuel, elles aimeraient et soutiendraient leur enfant. Elles l’aideraient à combattre les discriminations et hostilités. Cependant, quelques réponses expriment une déception car leur petit enfant ne sera pas né de façon “naturelle”.

Une réponse intéressante a été “Est-ce qu’on fait vraiment des enfants pour qu’ils nous ressemblent? Je suppose que je l’aimerais, et donc je lui laisserais son libre arbitre”.

Connaissez-vous dans votre entourage des personnes homosexuelles? Si oui, cela a t-il changé votre point de vue ?

D’après l’enquête, 70% connaissent quelques homosexuels dans leur entourage, 15% en connaissent beaucoup et 15% n’en connaissent pas du tout.

Globalement l’avis des participants sur l’homosexualité avait déjà été construite, alors en rencontrant des personnes homosexuelles, cela n’a pas changé leur point de vue. D’autres qui au début ne comprenaient pas les homosexuels et trouvaient cela un peu bizarre, ont changé d’avis en rencontrant des personnes homosexuelles. Ils ont découvert que c’était tout à fait normal et les comprenaient mieux.

Telle l’explique la réponse suivante : “En leur parlant avec un esprit ouvert, on arrive à comprendre leur point de vue et leur décision. Par ailleurs, cela nous apprend également des difficultés que ces personnes vivent au quotidien dans un monde où l’hétérosexualité est considéré comme “normal”. Mais ce n’est pas parce que la société le dit que cela devrait être vrai quoi, il y a un temps où l’esclavage était également considéré comme “normal” -_- ”.

Le choix de sa sexualité :

Etes-vous sûre de votre sexualité actuelle ou hésitez-vous encore?

Tandis que 78% des participants sont sûres de leur sexualité, nous comptons tout de même 22% qui hésitent encore.

En effet, comme nous l’avions dit, l’adolescence est un âge où l’on apprend beaucoup sur soi. Et souvent, lorsqu’on a pas encore connu d’attirance amoureuse voire même sexuelle, il est difficile de faire un choix sur sa sexualité.

Ce dont nous devons prévenir, c’est la peur d’être homosexuel et donc le déni de sa sexualité. De nombreux homosexuels ne souhaitent pas accepter leur sexualité à cause de l’homophobie, des discriminations et des harcèlements.

Il existe des cas où une personne homosexuelle s’est mariée avec une personne du sexe opposé, a formé une famille et a décidé des années plus tard d’accepter sa sexualité et de divorcer pour trouver un partenaire du même sexe. La série Netflix Grace et Frankie raconte, sur le ton de la comédie, l’histoire de deux épouses, mariées depuis des années, qui s’aperçoivent que leurs maris sont homosexuels. Dans la vraie vie, pour un couple qui vit ensemble depuis longtemps, le coming-out de l’un des partenaires n’est drôle pour personne.

Conclusion :

Nous vous partageons ici une belle réponse très développée et complète qui conclut notre enquête sur les opinions au sujet de l’homosexualité.

Plus on connaît, moins on se permet de juger, et, encore moins, de condamner.

Ma mère m’a toujours parlé de manière affectueuse d’un cousin homosexuel à elle, que nous voyions parfois quand j’étais petite. À l’époque, l’homosexualité était un sujet tabou, surtout à la campagne, ou réservé à des milieux particuliers (citadins, artistes, journalistes…). Très tôt, j’ai compris que la préférence sexuelle n’est qu’un aspect, parmi tant d’autres, de l’individu. Je trouve d’ailleurs toujours exagérée la place que l’on accorde au sexe, de manière générale. Il ne s’agit que d’une facette de nous-mêmes et de nos vies!

En outre, dans ma famille, j’ai pu assister au “coming out” d’une cousine lesbienne, à qui la révélation de sa sexualité a valu de ne pouvoir parler à ses parents pendant plus d’un an.

Il me semble que l’éducation est un levier fondamental pour faire évoluer les sociétés vers une plus grande acceptation de l’autre dans ses différences, qu’elles soient sexuelles, mais aussi mentales, physiques, etc.

En ce qui concerne la sexualité, ma mère nous en a toujours parlé librement, sans tabou. Et je crois que cette démarche est très utile, surtout à l’adolescence, période de questionnement et de doutes importants. Rien de tels que les tabous et les interdits pour créer du mal-être et de l’intolérance.

Mais, je le répète, pour moi, la question de l’orientation sexuelle ne mérite pas un débat particulier,  dans la mesure où le sexe n’est… que le sexe…! Et que nous sommes un peu plus qu’un sexe…”

Une enquête réalisée par Marie Bergès et Aline Caunes

Sources
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/Fiche.aspx?doc=homosexualite-definition
https://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualit%C3%A9

Sondage :
http://www.homophobie.org/sondages/
http://www.homophobie.org/wp-content/uploads/2015/03/Communiqu%C3%A9-sondage-FR-2018-VF.pdf

Et l’avis des infirmières : http://blogs.lfiduras.com/namgio/2018/12/17/lavis-de-linfirmerie-un-h-aspire-pour-lhomosexualite/

Une réponse à “Enquête sur les opinions : un H aspiré pour l’Homosexualité !”

  1. Il y a un manga qui s’appelle ‘Le mari du mon frère’ au CDI. J’encourage tous ceux qui sont curieux sur le sujet d’homosexualité de l’emprunter et le lire. Il y a des sujets come le coming-out, de l’homophobie etc.

    Grand merci à Marie et Aline pour cet article. Une petite victoire pour les queer(s)…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.